Renault avance à petits pas sur l'hybride

(Paris, le 3 mars 2016)

Tout comme la Mégane, dont il est dérivé, le nouveau Scenic proposera donc une offre diesel électrifiée. C'est en tout cas ce qu'a annoncé Renault au Salon de Genève. Un choix technique qui désespère les militants de la voiture électrique, lesquels attendaient au minimum de Renault une offre en hybride rechargeable. Mais, à Boulogne-Billancourt, on fait preuve de pragmatisme.

Le système Hybrid Assist, qui sera associé au moteur Energy dCi 110 (avec boîte manuelle 6 vitesses) est un moyen de réduire les émissions de CO2 pour un coût moindre. Il fonctionne avec une batterie de 48 V et permet, grâce à un moteur électrique venant assister le moteur thermique, de consommer un peu moins.

L’intérêt vient du fait qu’il fournit un surcroît d’accélération sur certaines phases d’utilisation, en particulier à bas régime. De plus, l’Hybrid Assist permet une récupération d’énergie dans les phases de décélération et de freinage.

Ce type de technologie va se développer chez les généralistes, y compris chez PSA, pour répondre aux évolutions de la norme Euro 6. Mais contrairement à Renault, le groupe PSA intégrera un moteur essence, soutenu pour les phases d'accélération et de reprise, par un bloc électrique.

Ce n’est pas à proprement parler de l’hybride diesel, mais une électrification légère. Renault entend avec ce système être le leader du CO2 sur son segment. Un argument qui ne ne devrait pas laisser insensibles les entreprises.