Sécurité routière: un bilan 2016 toujours négatif

(Paris, le 11 juin 2018)

En 2016, selon le rapport définitif de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière publié au printemps 2017, 3 477 personnes ont perdu la vie dans un accident de la route en France métropolitaine. Avec 16 décès de plus qu’en 2015, ce bilan en quasi-stabilisation n’en révèle pas moins la persistance du non-respect des règles de conduite.

Sur la même période, les personnes blessées et les hospitalisations à la suite d’un accident de la route, sont en légère hausse :

- 72 645 personnes ont été blessées en 2016 dans 57 522 accidents corporels (+ 1,6 % par rapport à 2015)

- 27 187 personnes ont dû être hospitalisées (+2,2 % par rapport à 2015)

Facteurs d’accidents :

- La vitesse excessive est la première cause de mortalité sur les routes de France : plus d’un accident mortel sur trois. Les vitesses moyennes pratiquées par les automobilistes témoignent d’un moindre respect des règles avec +6km/h par rapport à 2012 sur les autoroutes limitées à 130 km/h et +4km/h sur les autoroutes et les routes limitées à 110 km/h. 

- L’alcool est présent dans 29 % des accidents mortels. Autrefois plus forte chez les 18-24 ans cette accidentalité, liée à l’abus d’alcool, gagne la classe d’âge des 25-49 ans.

- Absence de ceinture de sécurité : 20 % des automobilistes tués, 27 % des usagers de véhicules utilitaires et 25 % des usagers de poids lourds. Les taux sont inférieurs à ceux observés en 2015,mais restent importants.

- Absence de casque: En 2016, comme en 2015, 10 % des cyclomotoristes et 4 % des

motocyclistes tués ne portaient pas de casque ou ne l’avaient pas ou mal, attaché.

Les classes d’âges les plus touchées:

- La mortalité des jeunes de 18-24 ans affiche une légère baisse en 2016, avec  22 décès de moins (-3,6 % par rapport à 2015).

- La mortalité des personnes âgées de 50 ans ou plus enregistre une forte hausse dans le bilan 2016 avec 39 % de personnes décédées dans un accident routier, soit 55 décès de plus qu’en 2015 (+9,1 %). Selon l’INSEE, en 2050 un habitant sur trois aura plus de 60 ans, contre un sur cinq en 2016. De quoi souligner un enjeu majeur de sécurité routière pour les années à venir sur cette classe d’âge.

- Les 25-49 ans représentent 34 % des accidents mortels de 2016

Les catégories d’usagers :

En 2016, l’accidentalité routière se détériore principalement chez les piétons et les cyclistes. Le bilan précise que ces accidents mortels ont surtout lieu à l’intérieur des agglomérations :

- L’accidentalité routière est en hausse chez les piétons : 559 décès, soit une hausse de 19 % par rapport à 2015 et 91 piétons tués de plus.

- La mortalité cycliste : en 2016, 162 cyclistes ont perdu la vie dans un accident de la route, soit 13 de plus qu’en 2015, ce qui correspond à une augmentation de 9 %.

- Motos : la mortalité pour cette catégorie d’usager se stabilise avec 613 décès sur les routes.

- Le véhicule thermique représente toujours la classe majoritaire de mortalité, soit 51 % des accidents mortels en 2016 (-2 % par rapport à 2015)