Un volant high-tech pour la Mercedes Classe E

Partager

(Paris, le 12 juin 2020)

Inventé par le français Alfred Vacheron en 1894, le volant n’était pas présent sur les premières automobiles. On trouvait à la place un levier ou une manivelle, empruntées aux carrioles et qui servaient alors à diriger les chevaux. Depuis cette période, le volant n’a cessé d’évoluer, intégrant le klaxon, puis l’airbag, les commandes au volant (radio, téléphone, régulateur de vitesse) et parfois des palettes pour changer les vitesses." data-share-imageurl="">

(Paris, le 12 juin 2020)

Inventé par le français Alfred Vacheron en 1894, le volant n’était pas présent sur les premières automobiles. On trouvait à la place un levier ou une manivelle, empruntées aux carrioles et qui servaient alors à diriger les chevaux. Depuis cette période, le volant n’a cessé d’évoluer, intégrant le klaxon, puis l’airbag, les commandes au volant (radio, téléphone, régulateur de vitesse) et parfois des palettes pour changer les vitesses.

A l'occasion de son restylage, la Classe E est donc dotée en 2020 d’une nouvelle avancée technique qui permet de réinventer le volant. Mercedes a décidé d’intégrer un film de capteurs qui détectent si les mains du conducteur tiennent bien la jante du volant. Ce fonctionnement de type capacitif – et non plus optique - permet d’affiner le fonctionnement du pilotage automatique. Auparavant, un léger mouvement directionnel était nécessaire pour que les systèmes d’aide à la conduite puissent s’assurer qu’il y avait bien quelqu’un derrière le volant. De plus, les boutons de commande tactile placés dans les branches fonctionnent également de manière capacitive. Comme sur un smartphone, il suffit d’effleurer les touches puis d’exercer une légère pression pour actionner la commande désirée. Ce choix permet d’éviter l’emploi de pièces mécaniques et d’utiliser à la place des signaux numériques. Sur le volant de nouvelle génération, des matériaux de haute qualité ont été sélectionnés de telle manière que le fonctionnement reste possible, même dans un intérieur chauffé par la lumière du soleil. Le système reconnaît automatiquement où se trouve le doigt à un moment donné. Et les boutons sont conçus pour des températures supérieures à 100 °C.

Le véhicule comprend d’autres équipements high-tech comme le régulateur "Distronic" avec adaptation de la vitesse basée sur l’itinéraire, un pilotage automatique dans les bouchons, le freinage d'urgence assisté actif (fonction de changement de direction) et un anti-angle mort actif (lié à un avertisseur de sortie du véhicule). S0ans oublier la réalité augmentée pour la navigation.

Partager

(Paris, le 12 juin 2020)

Inventé par le français Alfred Vacheron en 1894, le volant n’était pas présent sur les premières automobiles. On trouvait à la place un levier ou une manivelle, empruntées aux carrioles et qui servaient alors à diriger les chevaux. Depuis cette période, le volant n’a cessé d’évoluer, intégrant le klaxon, puis l’airbag, les commandes au volant (radio, téléphone, régulateur de vitesse) et parfois des palettes pour changer les vitesses." data-share-imageurl="">